9-11 Sep 2015 Paris (France)
REFUGIES TAMOULS SRI-LANKAIS EN INDE / SRI LANKAN REFUGEES IN INDIA
Anthony Goreau-Ponceaud  1, 2@  
1 : Les Afriques dans le monde  (LAM)  -  Website
Sciences Po, CNRS : UMR5115
11, Allée Ausone 33607 PESSAC CEDEX -  France
2 : Aménagement, Développement, Environnement, Santé et Sociétés  (ADES)  -  Website
CNRS : UMR5185, Université de Bordeaux (Bordeaux, France)
UMR ADES Maison des Suds 12, Esplanade des Antilles 33607 PESSAC CEDEX -  France

Les réfugiés sri-lankais ont commencé à arriver en Inde à partir du début de la guerre civile en 1983. Leur situation a changé au fil des années en raison d'un certain nombre de facteurs, qui comprennent, entre autres, la politique de l'Inde, tant au niveau central qu‟au niveau de l‟Etat du Tamil Nadu, l'évolution de la situation à Sri Lanka, et la création d'un bureau régional du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) à Chennai en 1995. L'impact de ces facteurs s‟est fait sentir notamment sur l‟évolution des conditions de vie des réfugiés, leur possible intégration en Inde ou leur retour progressif à Sri Lanka, rendue imaginable avec la fin de la guerre en 2009. Cette communication vise à comprendre les processus de changement identitaire et de socialisation des réfugiés en milieu urbain pour alimenter, en creux, une réflexion sur la construction et les pratiques de gestion de l‟altérité par les pouvoirs publics. Ce sera l‟occasion d‟explorer l'expérience des réfugiés dans la migration, qui associe un «savoirfaire» qu'ils ont développé au fil des années, notamment grâce à leur expérience croissante de la vie en exil, à un certain nombre d'organisations non-gouvernementales (OfERR, JRS, FPR), et à un réseau diasporique bien développé, et un «pouvoir-faire» limitatif qui leur a été accordé par les autorités indiennes, soit au niveau central ou au niveau de l'Etat fédéré. Cette étude a une perspective historique afin de déterminer comment et dans quel contexte institutionnel les réfugiés sri-lankais sont arrivés en Inde pour améliorer leur condition de vie et acquérir de nouvelles compétences, avant de passer à une évaluation de leur situation actuelle. Fondé sur des données collectées au gré de plusieurs séjours entre 2010 et 2014, cette communication explore la question de la marginalisation, des limitations et des processus d‟exclusion dont souffre cette population, tout en nuançant ce constat en mettant l‟emphase sur la manière dont les pratiques et les initiatives de ces migrants infléchissent ces processus de mise à l‟écart en produisant des espaces de l‟entre-deux.

 

This paper offers an assessment of the situation of Sri Lankan refugees in Tamil Nadu. Sri Lankan refugees started coming to India in huge flows at the beginning of the civil war in 1983. Their situation has changed over the years due to a number of factors, which include, among others, India‟s policy towards them, both at the central and state levels, the evolution of the situation in Sri Lanka, and the creation of a regional office of the United Nations High Commission for Refugees (UNHCR) in Chennai in 1995. The impact of these factors was felt most notably on security screening for new arrivals, livelihood options, and the questions of further integration in India and possibilities of return, especially since the formal end to the civil war in 2009. This paper will explore the refugees‟ experience in migration. What is the refugees‟ range of options between a „savoir-faire‟ that they have developed over the years, thanks notably to their growing experience of life in exile, to a number of non-governmental organizations (OfERR, JRS, FPR), and to a well-developed diasporic network, and a „pouvoir-faire‟ that they have been granted by Indian authorities either at the central or at the state level and that is limitative? This study will take a historical perspective to determine how and in what institutional context Sri Lankan refugees have come to build survival and other skills in Tamil Nadu, before turning to an assessment of the current situation of Sri Lankan refugees. It will be based on governmental and non-governmental material on Sri Lankan refugees, which include newspapers articles, as well as on interviews conducted in the field between 2012 and 2014, and with non-governmental organisation members.


e
Online user: 1 RSS Feed