9-11 Sep 2015 Paris (France)
Représentations des puissances invisibles. Mythes et objets rituels chez les Chamling Rai / Representing what cannot be seen, myth and ritual objects among the Chamling Rais (Eastern Nepal)
Pustak Ghimire  1@  
1 : Centre d'Etudes Himalayennes  -  Website
CNRS : UPR299
bat D 1er étage 7 rue Guy Môquet 94801 VILLEJUIF CEDEX -  France

Dans le culte Chamling Rai, les ancêtres sont assignés à demeure dans les trois pierres du foyer sacré, dans la jarre de liqueur, et dans le pilier central de la maison. Ces objets sont d'abord un « domicile », à un moindre degré une représentation. L'arbre de Sakela, les pierres sacrées des Devis, présentent le même caractère, si ce n'est que ces divinités topiques sont moins casanières. En revanche, les esprits, essentiellement vagabonds (ce qui les rend dangereux), n'ont ni domicile ni représentation. Pour dialoguer avec les puissances supérieures, les paroles prononcées dans la langue Chamling, parfois en état de transe chamanique, comptent plus que les objets. Certains objets (instruments agricoles, métier à tisser, filet...) viennent à l'appui des paroles, « performatives » et sacrées, et des gestes, pour reproduire à la manière d'un théâtre certains mythes du muddhum. Les instruments de divination et de diagnostic (l'assiette, les grains de riz, les plantes...), ceux destinés à provoquer la transe (clochettes, tambours...), le matériel sacrificiel ne sont que les « outils de travail » du chamane. La liqueur, à la fois demeure des ancêtres, libation du sacrifice, et accessoire de la transe chamanique est l' « objet » central du rituel.

 

In the Chamling Rai religious conceptions, the ancestors stay in the three stones of the sacred hearth, in a consecrated jar of liquor, and in the central pillar of the house. These objects shall be regarded primarily as their "place of residence" rather than as a representation. The trees of Sakela, the sacred stones of the Devis, are similar in nature, except that these local deities, unlike the ancestors, can move. The many malevolent spirits, erratic thus dangerous, are homeless and faceless. To enter in contact with the invisible powers, the ritual words pronounced in the Chamling language, sometimes in a state of shamanic trance, matter more than objects. There are objects (agricultural tools, weaving loom, fishing net...) which come to support the "performative" words and the gestures of the shaman when he/she reproduces a myth of the muddhum. The instruments of divination or diagnosis (plate, rice grains, various plants...), the percussion instruments which accompany the trance (bells, drums...) and the accessories used for the sacrifice are simply the "working tools" of the shaman. Liquor, as ancestors' residence, sacrificial libation, and active ingredient of the shamanic trance is the central "object" of the worship.


e
Online user: 3 RSS Feed