9-11 Sep 2015 Paris (France)
”垃圾青年“ - ”Trash Youth“ . Trajectoire de la jeunesse punk en Chine / “垃圾青年” - “Trash Youth”. Trajectory of punk youth in China.
Nathanel Amar  1@  
1 : Centre d'études et de recherches internationales  (CERI)  -  Website
CNRS : UMR7050, Sciences Po
56 rue Jacob 75006 PARIS -  France

« 垃圾青年 » - « Trash Youth »[1]. Trajectoire de la jeunesse punk en Chine.

Parmi les qualificatifs populaires pour désigner la jeunesse en Chine, deux termes opposés expriment des réalités sociales antagonistes. Face aux fuerdai (riches de deuxième génération) et autres gaofushuai (désignant des jeunes gens beaux, grands et riches), toute une galaxie de diaosi (losers) revendique un mode de vie à l'opposé du « rêve chinois », et mis à l'index en cela par le Parti communiste[2]. Mais l'opposition de ces termes ne permet pas de rendre compte de toute la jeunesse chinoise, et cette intervention entend montrer comment une autre jeunesse, dont le statut social et économique devrait faire d'eux des diaosi, a choisi la voie de la de la contestation musicale et politique à travers le punk. Depuis le milieu des années 1990, le punk a permis à une jeunesse urbaine déclassée, souvent en rupture avec l'école et l'autorité parentale, de trouver des moyens d'exprimer sa frustration et sa colère vis-à-vis de la société. Nous essaierons dans cette intervention de comprendre comment ces jeunes s'inscrivent dans le mouvement punk, et comment l'engagement punk peut être compris, à la fois comme une forme de mobilisation politique et comme création d'une subjectivité alternative en opposition aux modèles dominants.

 

“垃圾青年” - “Trash Youth”. Trajectory of punk youth in China.

Among the popular adjectives to describe youth in China, two opposite terms express antagonistic social realities. If fuerdai (second generation of wealthy people) and gaofushuai (literally tall wealthy and beautiful) designates China's golden youth, a whole galaxy of diaosi (losers) claims a life far away from the “Chinese Dream”. But the opposition of these terms does not account for all Chinese youth, and this presentation aims to show how another youth, whose social and economic status should make them diaosi, chose the path of musical and political protest through punk rock music. Since the mid-1990s, punk has allowed downgraded youth, often at odds with school and parental authority, to find new ways in order to express their frustration and anger toward society. In this presentation we will try to understand how these young people fit into the punk movement, and how their commitment to the punk scene can be understood bath as a form of political mobilization and creation of an alternate subjectivity in opposition to the dominant models. 

 

 

[1] « 垃圾青年 » - « Trash Youth » est le titre d'une chanson du groupe de punk de Wuhan SMZB.

[2] Voir un éditorial du Quotidien du peuple par Li Yiguan daté du 2 décembre 2014 : « 人民日报评青年自嘲“吊丝”:自我矮化 可以休矣 » - « Le quotidien du peuple critique la jeunesse « diaosi » qui se moque d'elle-même : il est temps d'arrêter l'autodépréciation ». 



  • Poster
e
Online user: 1 RSS Feed