9-11 Sep 2015 Paris (France)
Acteurs privés et irruption de la dimension “smart” dans la production de l'urbain au Japon : le cas de Kashiwa no Ha – 柏の葉 / Private agents and the irruption of “smartness” in Japanese urban making processes. the case of Kashiwa no Ha
Raphaël Languillon  1@  
1 : Université Lumière Lyon 2
Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
4Bis Rue de l'Université, 69007 Lyon -  France

Kashiwa no Ha est une ville nouvelle créée ex-nihilo par un consortium mixte qui articule trois types d'acteurs : les acteurs privés, menés par l'entreprise immobilière Mitsui Fudôsan (三井不動産) et Tôshiba (東芝) ; les collectivités locales (département, municipalité) ; le monde de la recherche (universités de Tokyo et de Chiba).

Dès l'origine du projet, la dimension « smart » est très présente, non pas sous le vocable de la « smart city » mais celui très proche de la « smart community ». L'entrée technologique et énergétique constitue l'un des piliers promus par Tôshiba. L'entreprise fait partie de ces nouveaux acteurs qui investissent le champ de l'urbain par le biais des hautes technologies, des télécommunications, de l'informatique et de l'électronique, et du Web 2.0 (Web social) et 3.0 (Web des objets).

L'objectif de cette communication est de voir selon quelles modalités se met en place une initiative privée de ville nouvelle dite « intelligente ». Sera interrogée, en plus de la dimension et des enjeux « smart » du projet, la notion de coalition de croissance qui se profile derrière les ambitions économiques, mais également sociétales, de la « smart city ».

 

Kashiwa no Ha was built ex-nihilo by a consortium involving three kinds of stakeholders: private companies, led by Mitsui Fudôsan (三井不動産), a real estate company, and Toshiba (東芝) ; local governments (prefecture, municipality); public research institutes (with Tokyo and Chiba universities).

From the very beginning of the project, the „smart“ dimension has been very used, not under the scope of the „smart city“ terminology, but under the very close one of „smart community“. The technology and energy entry is one of the pillars promoted by Toshiba, which is part of those new agents investing the urban making field through the introduction of cutting edge technologies, telecommunications, informatics and electronics, as well as the Internet 2.0 (social web) and 3.0 (Internet of Things).

This paper aims to analyze how a completely private new „smart city“ is implemented in Japan. We will focus on the „smart“ aspects of the project, as well as the notion of growth machine coalitions which appears behind the economic and also social issues of the „smart city“.



  • Poster
e
Online user: 139 RSS Feed