9-11 Sep 2015 Paris (France)
Description de l'atelier / Panel description
Alice Vittrant  1, 2, 3@  , Noellie Bon  4@  , Chaloamkiet Sukiat  5@  , Amelie Manente  6@  
1 : Université Aix-Marseille  (AMU)  -  Website
Aix-Marseille Université - AMU
29, avenue Robert-Schuman 13621 Aix-en-Provence cedex 1 -  France
2 : Laboratoire des langues et civilisations à tradition orale  (LACITO)  -  Website
CNRS : UMR7107, Université Paris III - Sorbonne nouvelle, Université Paris IV - Paris Sorbonne
7 rue Guy Moquet 94801 VILLEJUIF CEDEX -  France
3 : Institut de recherche Asiatique  (IRASIA)  -  Website
CNRS : UMR7306, Université de Provence - Aix-Marseille I
Bât. Physique 3 place Victor Hugo 13331 MARSEILLE CEDEX 03 -  France
4 : Dynamique Du Langage  (DDL)  -  Website
CNRS : UMR5596, Université Lumière - Lyon II
INSTITUT DES SCIENCES DE L'HOMME 14 Avenue Berthelot 69363 LYON CEDEX 07 -  France
5 : Structure et Dynamique des Langues  (SeDyL)  -  Website
INALCO, CNRS : UMR8202, Institut de recherche pour le développement [IRD] : UR135
7 rue Guy Moquet - 94800 Villejuif -  France
6 : Centre de recherches linguistiques sur l'Asie orientale  (CRLAO)  -  Website
École des Hautes Études en Sciences Sociales [EHESS], CNRS : UMR8563, INALCO PARIS, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS)
131 Bd Saint-Michel 75006 Paris -  France

Résumé :

Dans le cadre de la publication du livre "Languages of Southeast Asia", A. Vittrant & J. Watkins (eds), Mouton de Gruyter, à paraître, nous souhaiterions proposer un aperçu des thèmes traités dans cet ouvrage, en présentant les éléments de réflexion ayant conduit à son élaboration.

Les descriptions de langues d'Asie du Sud Est présentées dans cet ouvrage ont une particularité : elles suivent toutes le même schéma descriptif, traitant des mêmes domaines de la langue, dans une approche qui n'est pas celle que l'on trouve habituellement dans les grammaires.

Cela tient à la spécificité de ces langues : parlées dans une zone allant du nord-est de l'Inde à la Chine et comprenant la péninsule indochinoise (Thailande, Laos, Cambodge, Vietnam, Birmanie, Malaisie), ces langues possèdent (a) un ensemble de traits communs qui ne peuvent être imputées à un héritage commun : des langues de cinq familles différentes sont parlées dans cette région. (b) Ces caractéristiques linguistiques communes ne peuvent non plus être le fait du hasard, ou encore (c) l'illustration de caractéristiques linguistiques universelles (ou invariants des langues du monde) (Vittrant 2010).

Ces caractéristiques partagées sont à analyser à la lumière de l'histoire culturelle et sociale de la région. Zone d'échanges et de contacts millénaires, c'est aussi une zone de convergence linguistique.

C'est ce que nous avons voulu montrer au travers la description de ces langues d'ASE, des langues nationales parlées par de très nombreux locuteurs (khmer, vietnamien, thaï, birman), mais aussi des langues de communautés linguistiques beaucoup plus réduites (Môn, Wa, Cham, Hmong, langue Min de Chine...).

Les interventions de ce panel mettront l'accent dans un premier temps sur l'interdisciplinarité nécessaire à l'émergence d'une notion comme celle d'AIRE LINGUISTIQUE. Elles montreront aussi les limites de cette notion, tout en soulignant son utilité dans la description de langues non-décrites, de langues en danger.

 

Abstract:

In connection with the forthcoming publication of the book « Languages of Southeast Asian » edited by A. Vittrant & J. Watkins (Mouton de Gruyter), we would like to propose a general survey of the book through the themes that leads to its elaboration.

Descriptions of Southeast Asian Languages in this book show a peculiarity: they follow the same guideline, dealing with the same domains in each language description. Moreover, the (typological) theoretical frame within they are inscribed, is not usual for language grammars.

This choice was driven by the specificities of these languages: spoken in an area from North-Est India to China, encompassing the peninsular Southeast Asian states of Burma, Thailand, Laos, Cambodia and Vietnam, as well as peninsular Malaysia, (a) these languages show several shared features that cannot be ascribed to a common origin. (b) The linguistic features did not emerge by chance (c) and do not illustrate linguistic universals neither (Vittrant 2010).

These shared features have to be studied in the light of the cultural and social history of the area. Area of ancient contacts, it is also a zone of linguistic convergences.

It is this convergence that we show through the descriptions of these SEA languages, either national languages spoken by numerous speakers or languages spoken by small linguistic communities.

The talks in this panel will first bring forward that a notion such as ‘linguistic area' is based on different types of knowledge (historical, archaeological, cultural, ...). On the second hand, they will show the fringes of this notion, underlining its usefulness for describing unknown (and endangered) languages.

 

Vittrant, Alice. 2010. « Aire linguistique Asie du Sud-Est continentale: le birman en fait-il partie? ». Moussons. Recherche en sciences humaines sur l'Asie du Sud-Est, no 16: 7‑38.



  • Poster
e
Online user: 1 RSS Feed