9-11 Sep 2015 Paris (France)
Description de l'atelier / Panel description
Hélène Lépinay  1@  , Anne Eon  2@  , Clémence Schantz Inguenault  1, 3@  , Evelyne Micollier  4@  , Pascale Hancart Petitet  5@  
1 : Centre population et développement  (CEPED)  -  Website
Université Paris V - Paris Descartes, Institut de recherche pour le développement [IRD] : UR196
CEPED - 19 Rue Jacob - 75006 Paris -  France
2 : Centre d'anthropologie culturelle  (CANTHEL)
Université Paris V - Paris Descartes : EA4545
45 rue des Saints-Pères 75270 Paris cedex 06 -  France
3 : Centre population et développement  (CEPED)  -  Website
Université Paris V - Paris Descartes, INED, Institut de recherche pour le développement [IRD] : UR196
CEPED - 19 Rue Jacob - 75006 Paris -  France
4 : UMI VIH/SIDA et maladies associées  (TransVIHMI)  -  Website
Université Cheikh Anta Diop (Dakar, Sénégal), Universtié Yaoundé 1 (Cameroun), Université Montpellier I, Institut de recherche pour le développement [IRD] : UR233
Centre IRD France Sud 911, avenue Agropolis BP 64501 F-34394 Montpellier cedex 5 -  France
5 : Institut de Recherche pour le Développement  (IRD)  -  Website
Institut de Recherche pour le Développement, UMI 233
Adresse du siège - Le Sextant 44, bd de Dunkerque, CS 90009 13572 Marseille cedex 02 -  France

La sexualité, ou plutôt l'activité sexuelle, entendue comme l'ensemble des comportements liés à une excitation sexuelle, n'est pas une donnée de la nature. Elle est socialement construite par le contexte culturel dans lequel elle s'inscrit (Balandier, 1984). Elle joue un « rôle majeur dans la légitimation de l'ordre établi des sexes, mais également dans l'ordre des générations » (Bozon, 2009). Par exemple, tandis que s'instaure une nouvelle économie dans les mécanismes de pouvoir, la société française des XVIII et XIXème siècles assiste à une « explosion des discours » sur le sexe notamment chez les représentants de la biomédecine et de la santé publique alors naissantes (Foucault, 1994). La sexualité apparaît alors comme « une activité à réguler, normaliser et canaliser sous le primat de la procréation » (Giami, 2005). Parallèlement, alors que l'enfance et l'adolescence constituent des « âges privilégiés » (Ariès, 1975), le sexe des enfants et des adolescents fait dès lors l'objet de nombreux dispositifs institutionnels et stratégies discursives (Foucault, op.cit.). Les sociétés théravadines d'Asie du Sud Est se caractérisent notamment par la préexistence de médecines formalisées à l'introduction de la biomédecine, l'influence du bouddhisme, une instabilité politique récurrente et une forte hiérarchisation des rapports sociaux de sexe et d'âge. La religion, le politique et les médecines constituent des foyers de représentations, normes et interdits relatifs à la sexualité que leurs discours traduisent. Ces discours représentent de potentiels leviers à l'intrusion de l'état dans le gouvernement des corps. A partir de l'étude de ces discours, les intervenants de cet atelier entendent analyser la structuration des rapports sociaux dans les sociétés théravadines d'Asie du Sud Est.

 

Sexuality, or rather sexual activity, understood as the set of behaviors related to sexual arousal, is not a fact of nature. It is socially constructed by the cultural context in which it occurs (Balandier, 1984). It plays a "major role in legitimizing the established order of sexes, but also in the order of generations" (Bozon, 2009). For example, while a new economy was being established in the mechanisms of power, the French society of eighteenth and nineteenth centuries aided an "explosion of discourses" about sex especially among representatives of the emerging fields of biomedicine and public health (Foucault, 1994). At that time, sexuality appeared as "an activity to regulate, standardize and channel under the primacy of procreation" (Giami, 2005). Meanwhile, as childhood and adolescence are "privileged ages" (Ariès, 1975), sex between/by children and adolescents is therefore the subject of numerous institutional arrangements and discursive strategies (Foucault, op.cit.). Theravada societies of Southeast Asia are characterized in particular by the existence of formalized medicines before the introduction of biomedicine, influence of Buddhism, recurrent political instability and very differential treatment of individuals depending on their sex and age. Religion, politics and medicines constitute centers of representations, norms and prohibitions concerning sexuality whom their discourses translate. These discourses represent potential levers for the state's intrusion into the governing of bodies. The speakers of the workshop intend to analyze the structure of social relations in Theravada societies in Southeast Asia from the perspective of these discourses.

Bibliographie/Bibliography:

Ariès, P. (1975). L'Enfant et la vie familiale sous l'Ancien Régime. Seuil.

Balandier, G. (1984). Le sexuel et le social : Lecture anthropologique. Cahiers internationaux de sociologie, 76, 5‑19.

Bozon, M. (2009). Sociologie de la sexualité (Édition : 2e édition.). Paris: Armand Colin.

Foucault, M. (1994). Histoire de la sexualité I. La volonté de savoir. Paris: Gallimard.

Giami, A. (2005). Santé sexuelle : la médicalisation de la sexualité et du bien-être. In Comprendre la sexualité (Ogien Ruwen et Billier Jean-Cassien., p. 97‑115). Paris: PUF.

 



  • Poster
e
Online user: 6 RSS Feed