9-11 Sep 2015 Paris (France)
Description de l'atelier / Panel description
Florence Zhang  1@  , Cécile Sakai  2@  , Gérald Peloux, Lara Maconi, Gwennaël Gaffric, Paolo Magagnin, Muriel Detrie  3@  
1 : Centre de recherches sur les civilisations de l'Asie orientale  (CRCAO)  -  Website
Université Paris Diderot - Paris 7
52, rue du Cardinal Lemoine 75005 Paris -  France
2 : Centre de recherches sur les civilisations de l'Asie orientale  (CRCAO)  -  Website
Université Paris Diderot - Paris 7
52, rue du Cardinal Lemoine 75005 Paris -  France
3 : Centre d'Études et de Recherches Comparatistes  (CERC)  -  Website
Université Paris III - Sorbonne nouvelle : EA172
17, rue de la Sorbonne 75230 PARIS Cedex 05 -  France

La traduction n'est jamais un acte neutre consistant à « rendre » un texte d'une langue en une autre, mais une opération complexe réalisée par des individus dans des contextes socio-historiques particuliers. S'adressant à un nouveau public, la traduction transforme l'original, mais aussi influence l'esthétique de la culture d'accueil et modifie le champ littéraire. La littérature policière, devenue plus tard un genre majeur au Japon, en fournit un exemple éloquent. Entre la fin du 19e siècle et le début du 20e siècle, l'adaptation et la traduction du roman policier occidental non seulement suscitent l'engouement du public, mais aussi forment des écrivains japonais et inspirent des créations originales qui déclinent l'hybridité selon différents régimes.

Dans certains cas, la traduction peut être utilisée pour véhiculer des idées que le traducteur veut transmettre au public. Depuis 1900, la traduction de romans scientifiques et d'anticipation occidentaux dans le monde chinois a constitué un terrain d'expérimentations littéraires et culturelles, remodelant les codes de la réception. A l'aide des paratextes, les traducteurs tentent d'orienter le lecteur et de proposer des interprétations qui évoluent fortement d'un contexte socio-historique à l'autre.

La traduction représente également un enjeu politique dans le processus de consolidation du pouvoir chinois au Tibet. C'est ainsi que les autorités chinoises ont organisé dès les années 1950 d'importants travaux de traduction des épisodes d'une épopée populaire tibétaine afin d'en publier une version canonique et officielle en chinois, affirmant ainsi le contrôle culturel et linguistique du régime.

La traduction peut être examinée à travers une série d'effets puissants qui dépassent la relation inter-linguistique. Aujourd'hui elle continue d'influencer de jeunes écrivains dans leur recherche d'innovation littéraire. La réécriture, l'intertextualité, et l'interdiscursivité sont des formes multiples de traduction que nous retrouvons dans l'écriture du nouveau roman policier chinois.

Cet atelier permettra, par la confrontation d'exemples saisis dans différents contextes asiatiques, d'explorer les relations entre modèles et duplications, via les adaptations et traductions, et voir quels sont les effets convergents conduisant à la canonisation des genres populaires de la littérature.

 

Translation is a complex activity carried out by individuals in different historical contexts. Addressed to new readers, translation transforms the original text, influences aesthetics in the target culture, makes changes in literary field. Crime fiction as a major literary genre in Japan provides us a significant example. Between the late 19th century and the beginning of the 20th century, western crime fictions have been adapted and translated into Japanese and have awaken public interest. At the same time, Japanese writers learned from them to create their own works.

In some cases, translation can be used to convey translator's own ideas. Since the beginning of the 20th century, translations of western science fiction or social science fiction in Chinese speaking world have been an experimentation ground for new aesthetics, remodelling reception rules. Translators attempt to guide the reader and suggest interpretations that can be totally different from one socio-historical context to another.

Translation can also play a political role in the process of consolidation and affirmation of Chinese power in Tibet. That's why Chinese authorities have organized important work to translate a famous Tibetan epic so as to own an official and definitive version in Chinese for affirming the cultural and linguistic control of the country.

Translation can be seen through series of strong effects exceeding link between two languages. Today it continues to influence young writers in their quest for literary innovation. Rewriting, intertextuality, interdiscursivity etc. – are multiple forms of translation that one can find in the new Chinese crime fictions.

This panel, by confronting examples from different Asian contexts, likes to explore relations between models and duplications by means of adaptations and translations, and to examine the converging effects that lead to the canonisation of popular literary genres.



  • Poster
e
Online user: 1 RSS Feed