9-11 Sep 2015 Paris (France)
Description de l'atelier / Panel description
Daniela Berti  1@  , Anthony Good  2@  , Raphaël Voix  3@  , Barbara Berardi Tadié, Valérie Vandenabeele  4@  , Diane Philiponet@
1 : Centre d'Etudes Himalayennes  (CEH)  -  Website
CNRS : UPR299
bat D 1er étage 7 rue Guy Môquet 94801 VILLEJUIF CEDEX -  France
2 : University of Edinburg [Edinburg]  -  Website
15a George Square -  Royaume-Uni
3 : Centre d'Études de l'Inde et de l'Asie du Sud  (CEIAS)  -  Website
CNRS : UMR8564
190-198 avenue de France - 75 244 Paris cedex 13 -  France
4 : Laboratoire d'Ethnologie et de Sociologie Comparative  (LESC)  -  Website
Centre national de la recherche scientifique - CNRS (France)
21, allée de l'université 92023 Nanterre cedex -  France

Judiciariser la Nature en Asie/Taking Nature to the Courtroom in Asia

Les études récentes sur les projets de développement et la gestion des ressources naturelles dans différentes régions du monde ont souligné le rôle croissant des tribunaux dans les litiges concernant la protection des animaux et de l'environnement. Cette judiciarisation des conflits ‘écologiques' prend une importance particulière en Asie et a conduit à l'introduction de tribunaux spécifiques, par exemple, en Chine, aux Philippines, en Thaïlande, en Corée du Sud et en Inde – où des « Green Benches » et un « National Green Tribunal » ont été institués. De très nombreuses plaintes sont déposées pour s'opposer, par exemple, à des projets portant atteinte à l'environnement, notamment par des villageois lorsque leurs droits sont menacés. Un tel recours aux tribunaux est facilité, dans différents pays d'Asie du Sud, du Sud-est et d'Asie orientale, par la procédure des « Public Interest Litigations » (PIL, Procédure d'intérêt général), permettant l'implication d'ONG, voire l'autosaisie de la Cour. Les arguments mobilisés devant le tribunal peuvent faire référence à des concepts modernes comme ceux ‘d'écologie', de ‘droit des animaux', de ‘développement durable', et à une approche scientifique de la nature. Dans certains cas, ces discours se mêlent aussi à des arguments religieux. En Inde, par exemple, des litiges opposent des villageois aux promoteurs de projets hydro-électriques, de stations touristiques, etc., accusés non seulement de nuire à l'environnement mais aussi de déranger ou détruire un territoire que l'on dit être habité par une divinité. L'action des associations de protection des animaux peut aussi coïncider avec celle de mouvements de réforme religieuse, et faire appel au tribunal pour abolir des pratiques rituelles, comme les sacrifices d'animaux, en décalage avec un idéal de modernité et des droits des animaux. Dans ce panel nous nous proposons d'aborder ces questions par l'étude d'affaires judiciaires (dossiers, discours tenus par les protagonistes), tant dans leurs dimensions officielles et légales que dans leurs aspects non officiels.

Contacts: Daniela Berti: dberti@vjf.cnrs.fr; Anthony Good: A.Good@ed.ac.uk ; Raphaël Voix: raphael.voix@gmail.com

Recent studies on development projects and the management of natural resources in different parts of the world have highlighted the growing role of the courts in disputes concerning the protection of animals and of the environment. This judicialisation of ‘ecological' conflicts is especially important in Asia and has led to the introduction of specific courts in, for instance, China, the Philippines, Thailand, Korea and India - where "Green Benches" and a "National Green Tribunal" have been established. Numerous complaints have been filed to oppose projects affecting the environment, notably by villagers when their rights are threatened. Such litigation is facilitated in different countries of South, South-East and East Asia by the process of "Public Interest Litigation" (PIL), allowing the involvement of NGOs and even initiatives by the Court itself. Arguments made in court may refer to modern concepts such as ‘ecology', ‘animal rights', ‘sustainable development', and a scientific approach to nature. In some cases, these discourses also mingle with religious arguments. In India, for example, litigation has opposed villagers to hydro-electric project developers, tourist resorts, etc., accused not only of harming the environment but also of disturbing or destroying an area said to be inhabited by a deity. The actions of animal protection associations may also coincide with those of religious reform movements, by appealing to the court to abolish ritual practices, such as animal sacrifices, that are seen as incompatible with ideas of modernity and animal rights. In this panel we intend to address these issues through the study of court cases (court documents, speeches by protagonists) in their official and legal dimensions as well as their unofficial aspects.

Contacts: Daniela Berti: dberti@vjf.cnrs.fr; Anthony Good: A.Good@ed.ac.uk ; Raphaël Voix: raphael.voix@gmail.com



  • Poster
e
Online user: 2 RSS Feed