9-11 Sep 2015 Paris (France)
« Bienvenue dans notre belle Shangri-La ! » Une ethnologue occidentale dans le nord-ouest du Yunnan (2008-2012) / “Welcome to our beautiful Shangrila !” A Western ethnologist in Northwestern Yunnan (2008-2012)
Valérie Vandenabeele  1@  
1 : Laboratoire d'Ethnologie et de Sociologie Comparative  (LESC)  -  Website
Centre national de la recherche scientifique - CNRS (France)
21, allée de l'université 92023 Nanterre cedex -  France

J'ai mené mon enquête de doctorat dans le voisinage du premier parc national de Chine, deux ans après son ouverture, qui a largement modifié la vie des Tibétains locaux, dans la lignée de la transformation de leur district de Zhongdian (中甸) en paradis touristique inspiré de l'imagerie anglo-saxonne de « Shangri-La » (Xianggelila 香格里拉). Globalement, plutôt que de la surprise et de la méfiance, mon installation dans cet endroit longtemps reculé du nord-ouest du Yunnan a suscité un certain intérêt. Puis j'ai peu à peu réalisé l'origine des connotations positives associées au monde extérieur dont je fais partie. Par mes affiliations de chercheuse et d'Occidentale, je renvoyais au changement positif induit par les universitaires chinois qui ont supervisé le développement touristique et par les Occidentaux, inventeurs du mythe de Shangri-La, salariés d'ONG, chercheurs ou touristes, qui ont également contribué à enrichir la région.
Ainsi, c'est notamment par ce qui s'est noué dans la relation ethnographique elle-même que j'ai saisi le changement. La façon dont j'étais perçue reflétait l'engouement des paysans locaux pour leur insertion dans le système d'échange global.

I made my PhD inquiry in the neighbourhood of China's first National Park, two years after its opening, which has deeply changed the life of local Tibetans, in line with the transformation of their district of Zhongdian (中甸) into a touristic paradise inspired by the Anglo-Saxon imagery of “Shangrila” (Xianggelila 香格里拉). On the whole, rather than surprise or suspicion, my presence in this place of Northwestern Yunnan, which had remained remote for a long time, aroused interest. I have then gradually realised the origin of the positive connotations linked to the outside world to which I belong. My affiliations as researcher and Westerner made the villagers identify myself to the positive change inferred by the Chinese academics who have supervised the development of tourism, and by the Westerners, inventors of the Shangrila myth, NGO workers, researchers or tourists, who have also taken part in the regional increase in wealth.
Thus, it's notably through the ethnographic relationship itself that I've grasped change. The way I was regarded reflected the local peasants' enthusiasm for their integration to the global exchange network.

 


e
Online user: 1 RSS Feed