9-11 Sep 2015 Paris (France)
Description de l'atelier / Panel description
Léo Kloeckner  1@  , Judith Audin  2@  , Ryanne Flock  3@  , Gisele Yasmeen, Verena Richardier  4@  , Charline Mingchao Zhou, Guichard Justine, Emmanuel Caron  5@  
1 : Prodig  -  Website
CNRS : UMR8586
2 : Centre d'Etude de la Chine Moderne et Contemporaine  -  Website
Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS)
3 : Freie Universität Berlin  (FU Berlin)  -  Website
Kaiserswerther Straße 16-18, 14195 Berlin, Allemagne -  Allemagne
4 : Triangle : action, discours, pensée politique et économique  (TRIANGLE)  -  Website
Institut d'Études Politiques [IEP] - Lyon, Université Lumière - Lyon II, CNRS : UMR5206, École Normale Supérieure [ENS] - Lyon, Université Jean Monnet - Saint-Etienne, École Normale Supérieure (ENS) - Lyon
15, parvis René-Descartes - BP 7000 69342 LYON CEDEX 07 -  France
5 : École des hautes études en sciences sociales  (EHESS)  -  Website
Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), École des Hautes Études en Sciences Sociales [EHESS]
54, boulevard Raspail 75006 Paris -  France

De nombreux Etats d'Asie orientale connaissent des processus de transformations sociales, économiques et politiques accélérés dans un contexte régional marqué par un ancrage à la mondialisation croissant, et par la recomposition des modes d'exercice du pouvoir politique du fait de réformes politiques et économiques impulsées par les Etats eux-mêmes, en particulier dans les Etats socialistes ou au passé socialiste (Chine, Vietnam) et dans les Etats autoritaires ou ayant connu une libéralisation politique récente (Taiwan, Singapour, Thaïlande, Malaisie, Corée du Sud). Comment appréhender les échanges politiques et normatifs entre institutions et individus dans l'espace public de ces pays aujourd'hui, à la fois sur le plan spatial et social ? Quelles nouvelles formes de biopouvoir (Foucault) ou de biolégitimité (Fassin) tendent à reconfigurer les interactions entre pouvoirs publics et population ?

Notre atelier propose de questionner tout d'abord les dispositifs d'encadrement de la population par les institutions politico-administratives en Asie orientale, par la production de discours par exemple, mais aussi la mise en place d'une forme d'attention au bien-être de leurs populations, manifestée dans un grand nombre de politiques ou de pratiques d'encadrement au niveau local : aide sociale, actions socio-culturelles, contrôle des migrations, politiques de rénovation urbaine, au nom du « confort » (Laurans, 2005) et de l'intérêt public. Il s'agira d'étudier les espaces – géographiques et sociaux – dans lesquels ces politiques s'appliquent et enfin les réactions des « gens ordinaires » pour incorporer, commenter, mais aussi pour résister ou échapper aux attentes des autorités politiques.

L'atelier sera centré sur l'échelon local au niveau duquel se manifeste cet effet modernisateur, compassionnel (Fassin, 2006), normalisant et encadrant des autorités publiques ; il sera ainsi l'occasion de questionner la notion d'espace public et de sens du bien public à partir d'études de cas précises dans les sociétés d'Asie orientale, voire de comparaisons comme autour de la thématique des régimes socialistes-autoritaires.

 

 

In a regional context defined by the increasing influence of globalisation, many East Asian states are undergoing fast-paced political, social, economic and cultural transformations, which are further abetted by the reorganization of the methods of political power-wielding, as brought about by political and economic reforms which are spurred by the States themselves – particularly in current or former socialist States such as China and Vietnam, and in authoritarian or recently-liberalised States such as Taiwan, Singapore, Thailand, Malaysia, and South Korea. From a dual social and spatial perspective, how do we best interpret the current political and normative exchanges between institutions and individuals in those countries' public spheres? What new forms of biopower (Foucault) or biolegitimacy (Fassin) are apt to reconfigure these interactions between public powers and their populations?

Our workshop will set out to question the regulatory frameworks applied by the politico-administrative institutions of some of those East Asian States to their populations, for example with regards to discourse production, but also in terms of certain institutionalized forms of quality-of-life initiatives manifesting in local-level policies or frameworks, including social assistance, socio-cultural actions, migration control, urban renewal policies, all in the name of common good, public interest and “comfort” (Laurans, 2005.) Our method will be to comparatively examine the geographical and social spaces in which those policies are applied with the reactions of “ordinary people” as they assimilate and comment, but also resist against and circumvent the authorities' expectations.

Discussions will serve as an opportunity to question the notions of public space and of the measure of public sphere, based on specific case studies from East Asian societies.

 

 



  • Poster
e
Online user: 5 RSS Feed